Septembre : que faire ?

Désormais, les abeilles vont gérer l’existant et se préparer doucement à l’hivernage. Finies les folies de l’essaimage et des miellées abondantes. L’activité se réduit de jour en jour et le calme s’installe durablement sur la planche d’envolLa reine a nettement réduit sa ponte. Ceci libère de nombreuses alvéoles où les butineuses peuvent stocker le nectar et le pollen prélevés sur les dernières fleurs, notamment le trèfle blanc, ou le lierre.

Il est temps de préparer la ruche, en vérifiant qu’elle présente toutes les chances de passer l’hiver.

Que doit faire l’apiculteur ?

Les principales tâches de l’apiculteur au mois de septembre sont  :

    • Evaluer l’état des provisions de chaque colonie : une ruche a besoin de 15 Kg environ de réserves pour passer l’hiver. En fonction du stock que vous allez vérifier, il faudra compléter avec du nourissement liquide.
    • Réunir deux colonies faibles : l’ensemble, plus populeux, supportera mieux les froids hivernaux. La façon la plus simple de réunir deux colonies est de les superposer, en fin d’après-midi, en disposant une feuille de journal entre les deux. Pendant la nuit, les abeilles rongeront le papier tout en s’habituant à l’odeur des autres. La reine la plus forte éliminera sa rivale.
    • Traiter contre le varroa : une fois le miel extrait, le moment est idéal pour placer les lanières et traiter les abeilles contre le varroa
    • Veiller à surélever les ruches : pour qu’elles n’absorbent pas l’humidité du sol, vous pouvez les placer sur des briques ou sur un support de ruche.
    • Nettoyer et stocker les hausses vides : dans un endroit éclairé par la lumière du jour, les teignes n’aiment pas pondre en présence de lumière, ou les placer dans un espace hermétique (casier avec couvercle ne permettant pas à un insecte de s’introduire).