Octobre : que faire dans la ruche ?

Le temps est à la préparation de l’hiver qui approche et de mettre les ruches dans les meilleurs conditions pour passer cette période. 

Il est temps également de ranger le matériel et de le mettre à l’abri, d’effectuer les dernières écritures pour l’année sur le cahier d’élevage, le cahier de traçabilité des récoltes mises en ventes (tenue de ces documents est obligatoire pour tout apiculteur amateur ou professionnel qui vend le miel de sa récolte) et de déclarer ses ruches auprès de l’administration.

Que doit faire l’apiculteur ?

Les principales tâches de l’apiculteur au mois d’octobre sont  :

    • Vérifier les réserves des ruches et assurer les nourrissements pour celles qui en ont besoin soit à base de sirop lourd, si la température est > ) 15° soit avec du candi. Composé de 70% de sucre et de 30% d’eau, le sirop lourd sera  stocké par les abeilles pour y être consommé plus tard. C’est le complément indispensable pour faire remonter le stock de provision avant l’hivernage, si celles-ci sont jugées insuffisante par l’apiculteur. Le nourrissement au sirop lourd est possible jusqu’à fin octobre. Au-delà, il apporte de l’humidité à la ruche, nuisible à sa santé.
    • Mettre en ordre les alentours du rucher.
    • Sortir les lanières contre le varroa à la fin de la période de traitement.
    • Par belle journée, réunir éventuellement les colonies faibles qui pourraient avoir des difficultés à passer l’hiver ou introduire des reines pour les ruches privées de celles-ci mais qui ne sont pas encore bourdonneuses.
    • Poursuivre le piégeage des frelons notamment contre les futures reines avant leur hibernation.
    • Mettre les ruches en position d’hivernage dès la fin des traitements Varroa et dès que les réserves hivernales en miel et pollen sont suffisantes (réducteurs d’entrée, caches, protection contre le froid, …).
    • Mettre en place, si ce n’est déjà fait, les réducteurs d’entrée.
    • Vérifier que le positionnement hivernal des ruches est à l’abri des courants d’airs forts et froids voire susceptibles d’être en zone inondable.