Janvier – février : que faire ?

La fin du mois de janvier et le début du mois de février ont été humides sur notre région du Médoc. Février est une mois de transition entre la fin de l’hiver et la préparation du printemps. 

Les  colonies les plus faibles vont être mises à rude épreuve, en particulier si les réserves sont faibles, ce qui va épuiser les abeilles. Les abeilles d’hiver vieillissent et les jours commencent doucement à rallonger, la reine recommence à pondre.

Que doit faire l’apiculteur ?

Les températures sont clémentes actuellement et permettent à  l’apiculteur d’effectuer les premières visites de l’année pour évaluer l’état de santé des abeilles (maladies, santé du couvain, …). Les actions qui sont préconisées :

  • vérifier les réserves et compléter avec du candi si besoin en attendant de remettre du nourisement liquide dès que les températures seront en hausse.
  • désinfecter les ruches qui n’ont pas pu passer l’hiver pour éviter tout risques d’infections par des parasites.
  • si une colonie paraît faible (ruche peu nombreuse, couvain disséminé, activité des abeilles très faible) on peut la stimuler en lui apportant du sirop.
  • préparer la future saison en nettoyant les hausses, les cadres, qui pourront être réutilisés lors de la prochaine saison.
  • en fin de mois et si le temps le permet, on peut effectuer un comptage de varroa
  • Planifier en fonction de la température un traitement sur les colonies à base d’acide oxalique (sublimation ou dégouttement).
  • c’est aussi la période pendant laquelle les futures reines frelon asiatique sont vulnérables, et on peut préparer des pièges pour supprimer les reines fondatrices.